La lettre d'information Numéro 2013-05 

01 mars 2013 
Toutes les deux semaines, la lettre d'information diffuse aux abonnés une sélection des informations parues dans les pages d'actualité du site au cours des semaines précédentes.

Au sommaire de ce numéro


Vallée du bijou, vallée des larmes?
À Saint-Martin-de-Valamas et Le Cheylard,
GL Bijoux est mis en redressement judiciaire

A un an des élections municipales
Les communes ont-elles encore un avenir ?

LA WIFI A L'OFFICE DE TOURISME DES BOUTIERES

La commune de Chaudeyrolles a son site Internet!

Tourisme et Internet en Ardèche
L'Office de Tourisme des Boutières invite les prestataires
à des ateliers numériques

Les activités de l'Espace Culturel Européen du Monastier
Exposition "Laissez-vous conter George Sand"

Un message du'Village des Musiciens"
Samedi 2 mars : REPAS DANSANT à St Martin de Valamas

15° printemps des poètes
Le Printemps des Poètes en Haute-Loire

Pour une exposition « géante »
Le Printemps de l'Image et de la Photographie

Un nouveau site sur le patrimoine
Sauvegarde du Patrimoine Artisanal et Rural (SPAR)

La Gazette du Site de Proximité des Boutières
Croyances et religions, volcanisme et hydrologie, quels rapports ?
Du lac Pavin à l’alignement des "Saint-Andéol" : l'eau support de l'histoire du volcanisme ?

Du lac Pavin à l’alignement ardéchois des "Saint-Andéol" : les eaux maléfiques ou miraculeuses racontent-elles le volcanisme ?
D'Haroun Tazieff à Thierry del Rosso, une approche naturaliste et culturelle de la volcanologie.

D'Haroun Tazieff à Thierry del Rosso, une approche naturaliste et culturelle de la volcanologie.
UN PAVIN DANS LA MARE.

Des volcans et des hommes.
Une faille unira-t-elle Padjels et Rayols ?

Veillé Culture & Patrimoine du Mesnil-Marie
Contes de la nature et de la montagne pour saluer l'arrivée du printemps

 

ECONOMIE



Vallée du bijou, vallée des larmes?
À Saint-Martin-de-Valamas et Le Cheylard,
GL Bijoux est mis en redressement judiciaire

Depuis l'implantation de la maison Murat dans les années 1850-1860 à Saint Martin de Valamas, cette ville est devenue le berceau de la bijouterie. Les deux Communautés de Communes des Boutières et du Pays du Cheylard forment le deuxième pôle industriel de l’Ardèche dans lequel la fabrication du bijou est, avec le textile (Chaumarat, Chattawak), l’une des principales activités.
Plusieurs entreprises œuvrent dans cette spécialité et tous les deux ans, le deuxième week-end de septembre, le Festival du Bijou, organisé à Saint-Martin-de-Valamas par l’Association Festival du bijou, attire des milliers de visiteurs et des exposants venant de toute la France. Le prochain aura lieu l'automne prochain.
Mais les temps changent : baisse du carnet de commandes, hausse du prix des matières premières frappent durement ce secteur et il semble que rien ne va plus dans la Vallée du bijou*.
Le sort en est-il jeté pour l'entreprise Bijoux GL du Cheylard (Ardèche) ? Contrainte, en raison de sa trésorerie exsangue, de fondre une partie de son stock de matières premières pour pouvoir honorer ses échéances et payer le salaire de ses quelque 620 salariés, l'emblématique entreprise des Boutières, fondée il y a un peu plus d'un siècle par Georges Legros, a été placée vendredi premier février après-midi en redressement judiciaire pour 6 mois par le tribunal de commerce d'Aubenas. Les salariés sont inquiets
Pour sauver l'entreprise, de nouveaux investisseurs sont recherchés avec l'aide du Comité interministériel de restructuration industrielle.
Le 13 janvier, le Dauphiné a fait état du débrayage d'une centaine d'employés, à l'appel des syndicats, pour faire part de leur inquiétude quant à l'avenir du groupe qui vient d'annoncer des mesures de chômage partiel pour les six prochains mois.
Le 16 janvier, le député Pascal Terrasse et Laurent Ughetto, représentant le conseil général de l'Ardèche ont été reçus au Ministère du Redressement productif.
Un collectif d'habitants des Boutières vient de lancer une pétition afin que des solutions soient trouvées pour sauver les emplois et le savoir-faire de la première entreprise de bijoux en Europe.

* En 2010, les communes de St Martin de Valamas et du Cheylard ont décidé de s’associer pour créer la "Vallée du bijou". Des projets de musées sont en cours d’étude ainsi que des mises à disposition de locaux pour de jeunes créateurs.

PIECE JOINTE :

Pour en savoir plus

Information déposée par Jean-Paul Rique ( lui écrire )



POLITIQUE



A un an des élections municipales
Les communes ont-elles encore un avenir ?
Un citoyen élu s'interroge.


 
Nous sommes dans une période de réformes profondes qui vont, si elles sont appliquées, changer considérablement la notion de « commune », même si aucune ne s’y rapporte. Une disparition des communes, idée plusieurs fois évoquée, est-elle en train de se mettre en place ?

- La « fusion-extension » des communautés de communes semble laisser peu de compétences aux communes et son application est mise en place par des « représentants de communautés de communes ». Ceux-ci sont élus par des conseils communautaires dont les élus le sont par des conseillers municipaux. Ces derniers, enfin, sont élus par les habitants d’une commune. Cet étagement d’élections est-il un bon système pour la représentation des communes ?
Les compétences de ces nouvelles communautés de communes seront la « compilation » des compétences des communautés de communes qui la composent, sauf s’il y a restitution* de compétences aux communes. Que restera-t-il aux communes et surtout aux petites communes ?

- L'examen du projet de loi de la réforme territoriale, qui prévoit notamment l'élection de conseillers départementaux, élus en binôme « homme-femme », a débuté le lundi 18 février 2013 à l'Assemblée nationale, après avoir été retoqué (rejeté) par le Sénat en janvier. Ce scrutin, qui doit favoriser la parité dans les conseils généraux, s'accompagne parallèlement d'une division par deux du nombre des cantons. L’importance des communes en sera réduite.

- La charte du Parc des Monts d’Ardèche est en cours de validation et sera proposée aux votes des communes et communautés de communes au printemps. Le Parc s’intéresse de plus en plus aux communautés de communes qui en deviennent un partenaire de plus en plus privilégié. On pourra noter qu’en cas de délibération défavorable d'une communauté de communes, aucune commune membre de cette communauté de communes ne pourra intégrer le territoire du Parc. Le Parc n’est plus un « syndicat de communes »…..

- Au point de vue des finances, après un gel pour 2013, une baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales est annoncée pour 2014. Cette baisse sera suivie de nouvelles en 2015… et peut être après.

- Par manque de financement les communes pourraient-elles se tourner vers les « partenariats public-privé » mis en place à partir de 2004 ? C’est là tomber dans un piège puisque les collectivités sont dessaisies de leurs prérogatives de service public au profit d’entreprises qui exploiteront (rentabiliseront) la structure construite par leurs soins. Le partenaire privé reçoit un paiement du partenaire public (et des usagers du service bien souvent) qu'il gère. A terme, au bout de 15 ou 30 ans, quel sera le bilan financier pour la collectivité locale ou pour la collectivité ?

- Par contre la nouvelle réforme des rythmes scolaire s’appuie essentiellement sur les communes en leur créant des dépenses supplémentaires. Ce n’est pas la « carotte » de 250 M€ pour la mise en place de la réforme en 2013 qui permettra de financer les activités périscolaires dans les années suivantes.

Et que dire de l’élection des délégués communautaires, nommés désormais conseillers intercommunaux, au suffrage universel direct dans le cadre de l’élection municipale (communes de plus de 500 habitants). Ces futurs conseillers seront élus sur la même liste que les conseillers municipaux, un système de fléchage les signalant à l’électeur. Quel sera l’enjeu de cette élection la commune ou la communauté de communes ?

Jean Claude Ribeyre élu d'Arcens

* « Pour les compétences optionnelles, dans un délai de trois mois et compétences supplémentaires, dans un délai de deux ans suivant l'entrée en vigueur de l'arrêté de fusion-extension de la communauté de communes ».

** Commission de contrôle de découpage électoral

Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
TOURISME



LA WIFI A L'OFFICE DE TOURISME DES BOUTIERES
à St Martin de Valamas


 
L’Office de Tourisme des Boutières souhaite suivre les nouvelles technologies Internet !
Il est présent sur les réseaux sociaux, publie une « newsletter » et tient à jour un agenda des festivités sur son blog.

Il propose depuis peu une nouvelle offre à ses visiteurs : ils pourront profiter d’un accès libre à Internet grâce à un réseau « wifi ». Cet accès sera opérationnel autour de l’office, dans la « partie basse » de la place du village de St Martin de Valamas.

Contact
Office de Tourisme des Boutières
La place 07310 Saint Martin de Valamas
tél. : +33 (0)4 75 64 80 97
fax : +33 (0)9 72 29 54 41


Information déposée par Céline Guigon ( lui écrire )



communiqué
TERRITOIRE(S)



La commune de Chaudeyrolles a son site Internet!


 
Les habitants, les visiteurs et tous ceux qui sont attachés à la commune de Chaudeyrolles peuvent désormais se connecter au site que sa Municipalité vient d'ouvrir sur Internet.
Les traditionnelles informations administratives destinées essentiellement aux résidents, leur permettent de consulter désormais en ligne leur Bulletin Municipal au joli nom de "La Fauvette" et de se tenir informés de la vie de leur commune.
Les "étrangers" ne sont pas oubliés, qui pourront y consulter nombre d'informations touristiques et patrimoniales.
Les moins initiés y découvriront que Jules Vallès a passé dans sa jeunesse ses vacances à Chaudeyrolles où son oncle était curé. Les amoureux de la nature seront tentés de venir y découvrir la richesse de la flore et de la faune de sa "narce", sa géologie si particulière marquée par d'explosifs épisodes volcaniques, ou encore les anciennes carrières de lauzes du Signon.
Nul doute que cette initiative attirera de nouveaux venus dans ce site très justement intégré depuis le 8 septembre 1997 au Site classé du Massif du Mézenc.
Sans attendre, allez découvrir le diaporama qui, mieux que les mots vous permettra d'apprécier la richesse et la magie de l'endroit.
http://www.chaudeyrolles.fr/galerie-g1-diaporama.html

Mairie de Chaudeyrolles
Le Bourg
43430 Chaudeyrolles
Tél. : 04 71 59 50 45
Fax : 04 71 59 50 45

Information déposée par Jean-Paul Rique ( lui écrire )



TOURISME



Tourisme et Internet en Ardèche
L'Office de Tourisme des Boutières invite les prestataires
à des ateliers numériques
Programme organisé par Ardèche Plein Cœur


 
80% des clients ont déjà réservé une prestation touristique sur Internet

Face à ce constat, et aux nouveaux modes de consommation des clientèles touristiques, 9 techniciens d'offices de tourisme ont suivi une formation qualifiante « Animateur Numérique de Territoire » reconnue au niveau national.
Ils venaient des offices suivants : OT Eyrieux Rhône Véore, Rhône Crussol Tourisme, OT des Boutières, OT Privas Rhône vallées, OT au Coeur du Doux, Ardèche Plein Coeur, OT Pays de Vernoux, OT Pays de Lamastre.

La fonction de ces animateurs est d'accompagner les professionnels dans la découverte, la pratique et l'appropriation des nouveaux outils du Web :Facebook, Google, Photos, Vidéos, Site Internet, Avis clients, Wifi, ...
Car Internet évolue vite... très vite, et pour éviter la fracture numérique, il faut savoir se tenir à jour.

Le programme des ateliers numériques est détaillé dans le document joint. Attention : les places sont limitées, ce sont les premiers répondants qui seront inscrits.

Cliquer ici pour le formulaire d'inscription.

Contact :
Lévy Anthérion Agent d'accueil
Office de Tourisme des Boutières
mél : accueil@tourisme-boutieres.com
Tél : 04 75 64 80 97
site web : www.tourisme-ardeche-boutieres.com

PIECE JOINTE :

Programme

Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



Les activités de l'Espace Culturel Européen du Monastier
Exposition "Laissez-vous conter George Sand"
Du 20 février au 22 mars 2013


 
Salle d'exposition du Monastier sur Gazeille

C'est en 1859 que Georges Sand, baronne Dudevant, visite l'Auvergne en partant de la Creuse. Elle passera trois jours en Velay et ira de Lantriac aux Estables en passant par Laussonne. Elle décrira un monde rustique et sauvage, et les "abîmes" que le chemin défoncé longe dans "Journal de voyage en Auvergne et en Velay". Elle y situera la fin de son roman "le marquis de Villemer", lorsque le marquis ayant retrouvé Caroline de Saint Geneix chez les Peyraque à Lantriac, risque de perdre la vie à proximité des Estables. C'est au titre de cette proximité que nous recevons pour un mois cette exposition du "Pays d'Art et d'Histoire". Une bonne occasion d'emprunter ces livres à la bibliothèque du Monastier.

Horaire de visite:
Les après-midis sur réservation au 04 71 03 80 01
Entrée gratuite

Espace Culturel Européen du Monastier;
Bâtiment conventuels et château abbatial
43150 Le Monastier-sur-Gazeille

Information déposée par Jean-Paul Rique ( lui écrire )



communiqué
ACTIVITES DE LOISIRS



Un message du'Village des Musiciens"
Samedi 2 mars : REPAS DANSANT à St Martin de Valamas
pour préparer le Festival de Musique de St Martin de Valamas


 
Le samedi 2 mars, le Comité des fêtes de Saint Martin de Valamas organise un repas dansant afin de récolter des fonds pour organiser le Festival de Musique de cet été qui aura lieu du 6 au 10 août 2013.
Il s'agit de constituer une ressource supplémentaire, pour compléter la subvention de la mairie de Saint-Martin de Valamas.

Cette année encore la programmation s'annonce fabuleuse au "Village des Musiciens". L'édition 2013 accueillera des musiciens venant du Brésil, de Hollande, d'Irlande et de toute la France, les frais seront importants mais la qualité extraordinaire.

Rendez-vous donc le 2 mars à St Martin de Valamas à la Salle des Fêtes du Pont pour une soirée avec animation musicale tous styles avec l'orchestre de la Forge, le groupe Medley et Les Divines Sardines.

Au menu :

Apéritif de bienvenue
Salade d'endives aux noix
Blanquette de dinde / Pâtes fraîches
Fromage
Tarte au citron
Café

Tarif adultes 15 € et 8 € pour les - de 12 ans
Possibilité de repas à emporter 12 €

Renseignement et réservation : 04 75 30 72 54 ou 06 42 36 25 06

Information déposée par Céline Guigon ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



15° printemps des poètes
Le Printemps des Poètes en Haute-Loire
Les 15 et 16 mars 2013


 
Pour le 15e Printemps des Poètes* du 9 au 24 mars 2013, placé sous le thème des "Voix du poème", la Bibliothèque Départementale de la Haute-Loire et les bibliothèques municipales de Sainte-Florine et de Cayres vous donnent rendez-vous autour du "Haïku". Cette forme poétique puise son origine au Japon et se caractérise par un texte très bref.

La Compagnie Io nous transporte à travers son spectacle "haïku, danse et poésie en Haute-Loire". Cécile Cotte, comédienne et metteur en scène, propose une promenade à travers les quatre saisons où le voyageur flâne. Des Haïkus de Ashô, Riyu, Kikaku, Onitsura, Yayü, Taïgi, Buson, Issa, Wafü, Shiki, Issekiro ... servent de trame. La danseuse japonaise Keiko Sato est le guide des spectateurs dans ce périple entre abandon et éveil. Le compositeur Stéphane Scott crée un univers musical qui évoque "ce ravissement soudain dans l’imprévisible" dont parlent les haïkistes.

Pour 2 représentations, ce magnifique spectacle sera présenté :

- le vendredi 15 mars 2013 à Sainte-Florine, à 20H30 (Salle polyvalente Maurice Bion)
- le samedi 16 mars 2013 à Cayres, à 15H (salle polyvalente).

*Le Printemps des Poètes, est une initiative de Jack Lang et d'Emmanuel Hoog. Il est soutenu par le Ministère de la Culture, via le Centre national du Livre, le Ministère de l'Education nationale, et le Conseil régional d'Ile-de-France.

Bibliothèque Départementale de la Haute-Loire
9 rue Paule Gravejal
43000 Le Puy-en-Velay
04.71.02.17.00

CONTACT :

bdp@cg43.fr

PIECE JOINTE :

Plaquette

Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
ACTIVITES DE LOISIRS



Pour une exposition « géante »
Le Printemps de l'Image et de la Photographie
Edition 2013


 
Le Printemps de l’Image et de la Photographie est organisé depuis 2004 par l’association portant le même nom, à Davezieux, près d'Annonay en Ardèche. Cette association est constituée d’une quinzaine de membres actifs de divers horizons, tous passionnés de photo. Amateurs et professionnels se confondent au sein du groupe pour former une équipe solide et diversifiée, gage de sérieux et de pérennité. Tout au long de l’année, elle œuvre pour la tenue d’un festival toujours plus attrayant.

L’édition 2013 (la 7ème) aura lieu du jeudi 14 mars au dimanche 17 mars au cœur de la ville d’Annonay. Les journées du 14 et du 15 seront réservées à l’accueil des scolaires et le 16 et 17 mars au grand public.

Le but principal de ce festival, non marchand, dédié à l’image et à la photographie, est de permettre à tous, amateurs ou professionnels, de vivre des moments de rencontres, de partage et de découvertes enrichissantes.

Si vous souhaitez exposer vos images lors de cette exposition géante, n’hésitez pas à vous inscrire sur le site (lien ci-dessous) avant le 20 Février 2013.

Contact
04 75 33 50 60

Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



Un nouveau site sur le patrimoine
Sauvegarde du Patrimoine Artisanal et Rural (SPAR)


 
Ce Site à vocation documentaire, est dédié à la sauvegarde du patrimoine artisanal et rural. Son but est de promouvoir les actions de protection et de conservation du patrimoine et des métiers s’y rapportant.

Il présente un répertoire de plus de 770 musées, lieux de collections et lieux d’activité, sur l’artisanat ancien, l’art populaire, le patrimoine agricole et la vie quotidienne d’antan. Des reportages, photos et vidéos, sont aussi accessibles.

On peut aussi accéder à une bibliothèque en ligne qui présente, entre autres, des catalogues du début du siècle (celui de la «Manu*» de 1905 par exemple).

Une mine de renseignements pour ceux et celles qui sauront chercher….


* Catalogue de la Manufacture Française d’Armes et Cycles de Saint Etienne.

Contact
Gepeto, Fondateur de la SPAR

EN SAVOIR PLUS :

http://www.la-spar.org/

Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
ECONOMIE



La Gazette du Site de Proximité des Boutières
N°19 de février 2013

Le site de proximité des Boutières publie chaque année deux numéros d’une « gazette » d’information.

Au sommaire de ce numéro 19 de février 2013:

- L’accueil et l’accompagnement du public pour l’année écoulée

- Des témoignages : Mickael Bernard électricité multiservices : en phase avec lui-même ! Porteur de projet. Accompagnement à l’emploi

- Zoom sur : L’emploi d’avenir, un tremplin pour la qualification et l’insertion professionnelle durable

- L’agenda du Site de proximité sur le premier semestre 2013 :
12 mars - Comité de suivi et de concertation du Site de proximité 9h30 - Pôleyrieux - Le Cheylard
14 mars : rencontre du réseau Emploi Formation Insertion
23 mai : 3e Forum de l’emploi et de la création d’activités
9h-13h Salle la Palisse - Le Cheylard


Contact :
Site de Proximité des Boutières
Quartier Le Pont
Tel : 04.75.30.50.82.
Fax : 04.75.30.57.48.
site.proximite.boutieres@orange.fr




Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
HISTOIRE LOCALE



Croyances et religions, volcanisme et hydrologie, quels rapports ?
Du lac Pavin à l’alignement des "Saint-Andéol" : l'eau support de l'histoire du volcanisme ?
Une nouvelle recherche s’engage !


 
La veillée "Culture et Patrimoine" organisée le 20 février au hameau de Condas, à Saint-Martial, par Frère Maximilien-Marie, inaugure un champ de recherches sur la faille tectonique qui, d'une cicatrice rectiligne, balafre l'Ardèche depuis le lac de Saint-Front, en Haute-Loire, jusqu'à Bourg Saint-Andéol , sur le Rhône.

A point nommé, le magazine La Galipote, en son numéro 127 de janvier 2013, consacre un dossier de douze pages aux découvertes récentes d'un volcanisme actif au coeur du Massif central, autour du lac Pavin, dans le massif des Monts Dore.

A point nommé, d'abord parce que ce dossier stimule la curiosité pour la recherche en Vivarais sur les liens entre manifestations telluriques et religieuses au fil des âges, curiosité que traduit le programme d'exploration de terrain que le Centre Haroun Tazieff inaugurera cette année avec des spécialistes des sciences de la terre (ce ne sont pas des terrassiers) et de l'histoire des religions.

A point nommé parce que le complexe volcanique du lac Pavin couronne un chapelet d'une douzaine de lacs volcaniques exceptionnels pour la diversité de leurs richesses naturelles, patrimoine unique en Europe, voir au monde, patrimoine ignoré, alors que la Chaîne des Puys est candidate au patrimoine mondial de l'Unesco. Cette candidature est une chance pour les volcans remarquablement méconnus du Massif central, à commencer par ceux qui abritent ces lacs du Cézallier et ceux qui enchantent nos paysages du Velay et du Vivarais. A nous, gens du Mézenc, de faire de cette candidature du Puy-de-Dôme un levier fédérateur pour tous les massifs volcaniques de l'Hexagone. "Montagne, Ouvre-toi!"

A point nommé parce que le Centre Haroun Tazieff, dans la perspective du centenaire en 2014 de la naissance du fondateur de la volcanologie moderne, pourra s'appuyer sur les travaux des scientifiques cités dans la Galipote, Thierry del Rosso, Pierre Lavina et Michel Meybeck, pour démontrer la pleine actualité des recherches conduites par Tazieff, notamment au sujet des volcans qui ont marié l'eau et le feu comme le Pavin, le maar de Borée ou le lac d'Issarlès mais aussi sur l'approche pluridisciplinaire du volcanisme et sur l'attention que les scientifiques se devraient d'accorder aux croyances et aux témoignages populaires.

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



Du lac Pavin à l’alignement ardéchois des "Saint-Andéol" : les eaux maléfiques ou miraculeuses racontent-elles le volcanisme ?
D'Haroun Tazieff à Thierry del Rosso, une approche naturaliste et culturelle de la volcanologie.
Le chercheur Michel Meybeck plonge dans nos lacs volcaniques.


 
Michel Meybeck est le directeur du Laboratoire de Géologie Appliquée Sisyphe, à l'Université Paris VI. Dans le magazine auvergnat d'information critique La Galipote, en son numéro 127 de janvier 2013, ce chercheur du CNRS expose en douze pages la fécondité d'une approche du volcanisme qui intègre les récits anciens relevant soit du savoir populaire soit des observations d'érudits et de naturalistes oubliés depuis des siècles.

Ses recherches s'appuient sur les recherches récentes de l'hydrogéologue Thierry del Rosso et du géologue Pierre Lavina qui ont découvert, entre 2004 et 2008, que le système volcanique du Pavin-Montchal-Moncinyere a connu une activité éruptive en des temps historiques, ce qui devrait révolutionner l'enseignement de nos universités au sujet du volcanisme des Monts Dore et du Cézallier. Sauf que les facultés universitaires rejettent les hypothèses de del Rosso et Lavina et contestent la validité de leurs analyses d'échantillons.

Sommé d'asséner la preuve de la preuve de la preuve de ces découvertes, Thierry del Rosso a eu l'idée d'associer les sciences humaines à l'interprétation des faits qu'il a relevés avec Pierre Lavina. C'est ainsi qu'il est allé à la recherche des contes et légendes relatifs aux cratères nés de la rencontre explosive du magma et de l'eau, les "maars". Et l'histoire du lac Pavin s'en est trouvée éclairée d'une lumière neuve sortie des récits anciens.

Michel Meybeck s'est engagé résolument sur la voie ouverte par del Rosso.

"... sur icelle montaigne y a un grand gouffre duquel il sort ordinairement une grande fouldre de gresle et de tonnerre, qui gatste les bledz des vallées" écrivait Abel Jouan, chroniqueur du roi Charles IX, lors de sa visite en Auvergne en 1566.

Comme Thierry del Rosso, Michel Meybeck rapproche de tels récits de ceux qui furent recueillis par François Le Guern, volcanologue compagnon d'Haroun Tazieff, au lendemain de la catastrophe du lac Nyos, au Cameroun, d'où une énorme quantité de gaz carbonique a jailli pour tuer 1800 personnes en 1986. Une autre membre des équipes Tazieff dépêchée sur place fin 86-début 87, l'hydrogéologue et chimiste volcanologue Rose-Marie Chevrier, y a entendu une nuit "des bruits de tonnerre ressemblant à des 'bangs' d'avions supersoniques, accompagnés d'éclairs. En outre, poursuit Michel Meybeck rapportant ce récit de Rose-Marie Chevrier, ont été observées des remontées de traces ferrugineuses... une caractéristique que l'on retrouve dans le "Manuscrit Godivel" à propos du Pavin."

François Le Guern, en 2009, vint sur les lieux des découvertes de del Rosso et Lavina. Après avoir relevé les débits de gaz carbonique en quelques endroits désignés par Thierry del Rosso, il conclut sans l'ombre d'une hésitation "c'est un volcan actif". Le Guern, qui nous a quitté il y a bientôt deux ans, était le volcanologue le plus expérimenté de la Planète.

Meybeck rapproche en outre "ce qui se passe au Pavin au XVIème siècle (...) et le pèlerinage de Vassivière. En effet, pourquoi a-t-on organisé, à partir du milieu du XVI ème siècle, un pèlerinage en pleine montagne? ...Et pourquoi, avant même les miracles attribués à la Vierge de Vassivière et la construction d'une chapelle, existait-il en ce lieu, situé à moins de trois kilomètres en amont du Pavin, un oratoire -"le seignadou"- devant lequel les gens se signaient lorsqu'ils empruntaient la route conduisant de Besse à la Tour d'Auvergne? S'ajoute à cela la nature des miracles qui y ont été observés pendant des dizaines d'années (...) Or, lorsqu'on en fait l'inventaire, beaucoup d'entre eux, à l'évidence, s'apparentent aux symptômes ressentis ou subis par les populations du lac Nyos tels qu'ils ressortent des témoignages. Il y a ainsi beaucoup d'affections des yeux liées aux éclairs ou aux gaz, beaucoup de pertes de vue, de contusions s'y rapportant... "

Ce dossier de La Galipote s'ouvre sur un plaidoyer de Michel Meybeck pour que l'on reconnaisse en nos lacs de volcans un patrimoine exceptionnel et qu'on le préserve par la recherche scientifique. "Prenez la Godivelle d'En-Haut, c'est une cuvette de 44 mètres de profondeur qui contient quasiment de l'eau disitillée (...) Chambédaze et Bourdouze sont eux des lacs résiduels de tourbières, mais leur valeur scientifique est immense (...) Sont archivés dans leurs tourbes tous les climats depuis 10000 ans, et les chercheurs spécialisés en paléo-limnologie du monde entier s'y succèdent."

Ainsi en va-t-il de nos lacs et tourbières du haut Vivarais et du Velay volcaniques. Et les Hautes Boutières recèlent nombre de mystères telluriques que les scientifiques n'ont qu'à peine effleurés.

Centre Haroun Tazieff

(notre photo : Rose-Marie Chevrier dans le maar ardéchois de La Rochette, en 2005)

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



D'Haroun Tazieff à Thierry del Rosso, une approche naturaliste et culturelle de la volcanologie.
UN PAVIN DANS LA MARE.
Une controverse scientifique à bas bruit.


 
Thierry del Rosso et ses collègues en prospection aux alentours du lac Pavin (photo CHT).



Le trimestriel auvergnat d'information critique La Galipote, en son premier numéro de 2013, expose en douze pages les travaux actuels du professeur Michel Meybeck sur la fécondité d'une approche du volcanisme qui intègre les récits anciens relevant soit du savoir populaire, soit des observations d'érudits et de naturalistes oubliés depuis des siècles.

Michel Meybeck s'appuie sur les recherches de l'hydrogéologue Thierry del Rosso et du géologue Pierre Lavina qui ont découvert, entre 2004 et 2008, que le système volcanique du Pavin-Montchal-Moncinyere, dans le Puy-de-Dôme a connu une activité éruptive en des temps historiques.

A la fin des années 1980, déjà, Haroun Tazieff affirmait que les dernières manifestations éruptives dans le Puy-de-Dôme avait eu lieu il y a 1500 ans et 2000 ans.
A la suite de la catastrophe du lac Nyos, au Cameroun, où, en 1986, 1800 personnes ont été tuées par une éruption gazeuse de C02, Tazieff et ses collaborateurs François Le Guern, du CNRS, et René-Xavier Faivre-Pierret, du CEA, se sont attachés à l’étude des risques liés au dégazage brutal de grandes quantités de C02 dans les zones de cratères "phréato-magmatiques"», de "maars", ces dépressions qui parsèment les massifs volcaniques du Massif central, produites par la rencontre explosive du magma et de l’eau des nappes phréatiques.

Dès 2004, Thierry del Rosso, en parfait connaisseur de l’histoire naturelle et culturelle du Massif central, s’est penché attentivement sur les légendes et contes fantastiques d’Auvergne, en particulier ceux qui ont pour objet les lacs qui occupent les cratères de nos volcans, parce qu’il a eu l’intuition qu’il fallait les relier à la perception que les populations du haut moyen-âge pouvaient avoir des risques naturels.

Parallèlement, parce que la valeur de ses découvertes était –et reste- fortement contestée par les autorités académiques de la volcanologie française, Thierry del Rosso a fait des fouilles dans les publications scientifiques du siècle dernier et a exhumé une datation faite en 1963 par la méthode du carbone 14, carbone radioactif, sur des cendres volcaniques stromboliennes retombées sur un sol tourbeux situé sur la commune de Clermont-Ferrand. Cette datation situait en 1200 après Jésus-Christ l’éruption responsable de ces retombées. La communauté scientifique a contesté ce résultat et il semble que les documents relatifs à cette datation aient été supprimés des archives de la faculté de Clermont.

A l’heure actuelle, nous ne savons pas encore sur quelles datations Tazieff se fondait pour affirmer que la région de Clermont avait connu une activité éruptive il y a 1500 et 2000 ans. Peut-être s’agit-il de cendres volcaniques comblant des piscines gallo-romaines à Royat, dont la datation donnerait une éruption s’étant produite entre 1500 et 2000 ans d’ici. Cette datation elle aussi fut fortement controversée et a été supprimée des références.
Les archives Tazieff qui sont en cours d’inventaire au Muséum d’Histoire Naturelle à Paris nous permettront peut-être d’en savoir plus.

Toujours est-il que, compte tenu de la marge d’erreur des datations faites en 1963 par la recherche du carbone 14 dans des échantillons de matière organique (la tourbe en l’occurrence), les documents de 1963 retrouvés par Thierry del Rosso sont à rapprocher des retombées volcaniques qu’il a découvertes avec Pierre Lavina sur un sol situé dans le secteur Pavin-Montchal-Montcineyre, dont la datation effectuée par deux laboratoires, l’un suisse et l’autre belge, donnent une éruption se situant aux alentours de l’an 1250 de notre ère. Ces résultats ont été contestés par la faculté de Clermont parce que les analyses ont été faite sur sol et non sur charbon de bois, matière organique.

Cependant, del Rosso et Lavina ont également fait dater des échantillons pris sur charbon de bois dans les coulées de boues issues du lac Pavin –coulées dévastatrices que les volcanologues appellent « lahars »- dans lesquelles se trouvaient des ossements humains. Et l’on tombe à nouveau sur cette période des alentours de 1200.

Toujours à la recherche de la preuve-de la preuve-de la preuve devant le refus persistant de la communauté scientifique de Clermont de valider ses découvertes, Thierry del Rosso s’est donc attaché également à l’examen des pratiques religieuses populaires des régions à risque liés au volcanisme. C’est ainsi qu’il a mis en lumière le cas du site de Vassivière, situé à trois kilomètres du lac Pavin et qu’il l’a mis en relation avec plusieurs statues de la Vierge que l’on trouve en descendant le cours de la Couze Pavin. Ce qui l’a frappé, c’est le sens des processions qui ne remontent pas le cours de la rivière, comme on pourrait s’y attendre pour un rite chrétien d’élévation, mais qui « à la dévalade », pourrait répondre à la nécessité de conjurer un risque de catastrophe naturelle, comme le tsunami terrestre provoqué par la brutale vidange du lac Pavin au treizième siècle, dont le tout proche village de Besse fut la première victime. La légende de la « ville engloutie » qui court sur le Pavin trouverait-là son origine. Tout esprit cartésien et ouvert en sciences de la Terre se devrait de reconnaître la nécessité d’examiner tous les indices d’impact des phénomènes naturels sur les témoins de l’époque et de les soumettre à l’étude de toutes les disciplines scientifiques, sciences humaines comprises.

Comme le propose le géographe Philippe Reyt, « la géographie du sacré est susceptible d’intéresser la géographie contemporaine. Elle induit la désignation sur le territoire de lieux réservés aux seules forces de la nature, encore bien présents dans l’ imaginaire spatial du vingtième siècle. »

En Vivarais, nous allons nous atteler aux lieux de culte dédiés à Saint-Andéol, rigoureusement alignés de quatre lieues en quatre lieues sur la faille tellurique siège des cratères phréato-magmatiques de Saint-Front, Chaudeyrolles, Borée et Saint-Martial.

Centre Haroun Tazieff.

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



CULTURE ET PATRIMOINE



Des volcans et des hommes.
Une faille unira-t-elle Padjels et Rayols ?
Une veillée à Condas.


 
La ferme des Ouches, à Chaudeyrolles,
lieu-dit aligné sur la faille des maars de Saint-Front à Saint-Martial
(photo Jean-Marc Demars)
.


L’énigme de l’alignement rectiligne de sept lieues en sept lieues des quatre églises consacrées à Saint-Andéol, de Bourg Saint-Andéol à Saint-Andéol de Fourchades, était l’objet de l’attention soutenue des hôtes de Frère Maximilien-Marie, le truculent moine historien du hameau de Condas, à Saint-Martial, qui recevait le 20 février une dizaine de voisins du Mézenc pour l’une de ses remarquables veillées « Culture et Patrimoine ». L’architecte Jean Pestre, président de l’association de préservation du patrimoine bâti Oustaou Vellavi (http://oustaou.vellavi.free.fr/ ) est même monté de Vals-près-le-Puy par nos routes glacées pour l’occasion.

Frère Maximilien-Marie retraça l’histoire du diacre Andéol qui, au IIème siècle, vint évangéliser le Vivarais envoyé là par l’évêque de Smyrne, Polycarpe, disciple de Saint Jean. Martyrisé à Bergoïata –future Bourg Saint-Andéol- sur ordre de l’empereur romain Septime Sévère, sa dépouille fut jetée dans le Rhône puis repêchée par une fidèle qui la cachera dans un sarcophage.

Au IX ème siècle, probablement soucieux d'auréoler d'une dimension 'mystique' un pouvoir qui n'était plus uniquement spirituel mais qui s'était associé à un pouvoir temporel risquant de le compromettre, l’évêque Bernouin exhumera les restes de Saint Andéol pour fonder un mythe propre à la perpétuation de la foi chrétienne au sein des populations du Vivarais. Outre l’église de Bergoïata, trois lieux de culte furent consacrés à Saint Andéol en des coins où n’existaient pas de paroisses. Saint-Andéol de Berg, Saint-Andéol de Vals et Saint-Andéol de Fourchades doivent donc leur existence à la politique de l’évêque Bernouin.

Lors de la veillée de Condas, aucune hypothèse ne fut évoquée quant à l’équidistance de sept lieues qui sépare les quatre bourgs. Par contre, leur l’alignement rectiligne se trouve exactement dans l’axe des cratères d’explosion des maars de Saint-Martial, d’Echamps, à Borée, de Chaudeyrolles et de Saint-Front. Ces cratères sont parmi les volcans les plus jeunes du Vivarais, ce sont des gamins d’à peine plus de cent vingt mille ans. Certes, ils sont bien âgés au regard des nourrissons que sont la Vestide du Pal, le Chambon ou la Gravenne de Montpezat qui n’ont que quelques dizaines de milliers d’années et ne dorment encore que d’un œil.

Des phénomènes volcano-telluriques ou hydro-volcaniques, comme par exemple des variations localisées de champ magnétique, se manifestent-ils au long de la faille qui a permis les sorties de magma de nos maars alignés ? Seraient-ils la cause d’une consécration de tels lieux par les padgels contemporains des carolingiens ou par leurs ancêtres Celtes ? Cette faille court-elle jusqu’en terre rayole pour aboutir à Bourg-Saint-Andéol ? Ce sont là les hypothèses qui furent partagées le 20 février à Condas.

La veillée fut conclue par la décision de former immédiatement de petits groupes de recherche, qui se chargeant de la collecte des cartes géologiques, qui de fournir la liste des communes dont le territoire est traversé par cette ligne droite de 80 kilomètres, qui de prospecter sur le terrain des indices propres aux interrogations d’ordre géologique, religieux, historique ou culturel.

Quoi qu’il en soit de la cause de l’alignement des Saint-Andéol sur la faille tectonique qui a ouvert la voie au magma et qui, si on la prolonge jusqu’au Rhône, prend le département en bretelle du nord-ouest au sud-est, l’énigme est mobilisatrice pour partir à la recherche de mille et une facettes de notre patrimoine vivarois, en prenant cette cordelière des maars et des Andéol comme prétexte d’une activité culturelle et ludique de longue haleine qui pourrait marier les gens du bas et du haut Vivarais.

Frédéric Lavachery.

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



communiqué
ACTIVITES DE LOISIRS



Veillé Culture & Patrimoine du Mesnil-Marie
Contes de la nature et de la montagne pour saluer l'arrivée du printemps
mercredi 20 mars


 
Voulez-vous savoir quel est l'objet étrange que découvrit un jour le coq ?
Savez-vous que les outils du charpentier pouvaient en muer en orchestre ?
Avez-vous entendu parler des histoires du lièvre paresseux,
de la grenouille qui parle
ou des trois petits veaux du Mézenc ?
Qu'est-il arrivé à la belle meunière qui était à marier ?

Tout cela, et d'autres choses encore, vous êtes invités à le découvrir lors de la prochaine
« Veillée Culture & Patrimoine » du Mesnil-Marie :

c'est notre amie Jacqueline Testud, animatrice culturelle et conteuse,
qui viendra nous réjouir avec des

« Contes de la nature et de la montagne pour saluer l'arrivée du printemps »

le mercredi 20 mars à 20h.
Au « Mesnil-Marie », hameau de Condas – 07310 Saint-Martial.

Renseignements : 04 75 65 49 20

Information déposée par Frère Maximilien-Marie ( lui écrire )


X*X*X*X*X*X