21 décembre 2012

Numéro 2012-14
Toutes les deux semaines, la lettre d'information diffuse aux abonnés une sélection des informations parues dans les pages d'actualité du site au cours des semaines précédentes.

Au sommaire de ce numéro


Projet d'extension du PNR des Monts d'Ardèche
L'ENQUETE PUBLQUE SE TERMINE ; LE DEBAT CONTINUE

Projet d'extension du PNR des Monts d'Ardèche
L'Office du tourisme intercommunal du Mézenc-Loire Sauvage prend position.

Projet d'extension du PNR des Monts d'Ardèche
Pour l'extension du Parc des Monts d'Ardèche en Haute-Loire.

A Tence, un peintre du pays, de la nature et des gens, du temps passé et de l'air du temps ...
Une nouvelle bibliothèque numérique
À la foire bio de Chadrac
Jardinier résistant, échange graines de laitues contre plants de tomates

Apocalypse now?
FIN DU MONDE OU FIN D'UN MONDE ?

RECHERCHE DE STAGE
Stages de céramique à l’atelier d’Arlette et Marc Simon
JEUDI 27 DECEMBRE : CINE GOUTER : ZARAFA
 

POLITIQUE



Projet d'extension du PNR des Monts d'Ardèche
L'ENQUETE PUBLQUE SE TERMINE ; LE DEBAT CONTINUE

Tous les douze ans, les Parcs Naturels Régionaux (PNR) doivent renouveler leur Charte, document qui définit pour chaque Parc son identité, son territoire et son projet.
Le Parc des Monts d’Ardèche créé en 2001 a ainsi du procéder cette année à la rédaction de sa deuxième Charte.

Parmi les éléments qui font débat, la nouvelle Charte prévoit une extension du territoire, offrant la possibilité d'en faire partie à des communes qui ne le pouvaient pas jusqu'ici (voir carte).
Sont notamment concernées plusieurs communes de Haute-Loire : Champclause, Chaudeyrolles, Les Estables, Fay-Sur-Lignon, Freycenet-Lacuche, Freycenet-Latour, Laussonne, Le Monastier-sur-Gazeille, Moudeyres, Présailles, Saint-Front et Les Vastres.
Ces communes appartiennent toutes à la Communauté de Communes du Pays du Mézenc. Mais la proposition du PNR ne concerne pas toutes les communes de cette communauté. N'en bénéficient pas les communes d'Alleyrac, Chadron, Goudet, Saint-Martin-de-Fugères et Salettes.

Or, si ce sont bien les communes qui adhèrent, une disposition prévoit qu'elles ne le pourront pas si la Communauté de Communes à laquelle elles appartiennent délibère en sens contraire.
Dans ces conditions, une question vient à occuper dans le débat une place centrale (au risque peut-être d'occulter bien d'autres sujets qui mériteraient d'être discutés).
Cette question est celle de la position que prendra la Communauté de Communes du Pays du Mézenc, dont le Conseil est composé de délégués de toutes les communes, certaines non invitées à adhérer au Parc, d'autres invitées au contraire et inégalement favorables à cette hypothèse.

Ce qui est probablement le mieux établi dans tout le débat, entre espoirs des uns et craintes des autres, c'est que l'adhésion emporte des enjeux conséquents pour le développement des communes concernées.

---------


Une enquête publique a été ouverte du 19 novembre au 21 décembre 2012, et tout citoyen a pu, dans chaque mairie, consulter le dossier et consigner son avis dans un registre prévu à cet effet.
On a vu des enteprises, des associations, des individuels aussi, prendre ainsi part à la discussion.

Dans cette lettre, nous avons relayé il y a quinze jours l'intiative prise par l'Association Mézenc-Gerbier en faveur de l'adhésion des communes au PNR, et, à tout le moins, en faveur de la libre détermination de chaque conseil municipal. Cette initiative a conduit, le 7 décembre à Fay-sur-Lignon, à une rencontre avec le commissaire enquêteur, à laquelle participaient représentants d'associations, professionnels et habitants. A cette heure,
le texte proposé il y a quinze jours a été signé par l'Association Mezenc-Gerbier, l'Association Fin Gras du Mézenc, l'Association de la Maison du Fin Gras à Chaudeyrolles, l'Association des Amis du Mézenc, ainsi que par des particuliers, agriculteurs hors du Fin Gras, professionnels du tourisme et résidents secondaires.
Toute personne désireuse de s'informer et de débattre à partir de ce texte peut s'adresser à Jean-Claude Mermet, président de l'Association Mézenc-Gerbier, à l'adresse de contact ci-dessous.

On lira aussi dans cette lettre d'info la position de l'Office de Tourisme ntercommunal du Mézenc et de la Loire sauvage, et celle de Frédéric Lavachery, responsable associatif et élu communal.

L'enquête publique est désormais close. Le premier trimestre de l'année 2013 sera le moment des décisions. Elles seront, le moment venu, de la responsabilité des élus ; en attendant, le débat reste ouvert à tous.

Information déposée par Guy Lhoste ( lui écrire )



communiqué
POLITIQUE



Projet d'extension du PNR des Monts d'Ardèche
L'Office du tourisme intercommunal du Mézenc-Loire Sauvage prend position.

L’office du tourisme Mézenc Loire Sauvage qui travaille à l’échelle de la Communauté de communes du Mézenc et de la Loire Sauvage (17 communes de Haute-Loire : http://www.mezenc.fr/index.php?ecran=ecran200) tenait mardi 27 novembre 2012, à Boussoulet, une journée de rencontre et de réflexion avec une bonne trentaine d’hébergeurs et de prestataires d’activités de loisirs et de tourisme du massif du Mézenc.

Le thème en était: "Prestataires d'activités et hébergeurs: comment mieux travailler ensemble ?"

Elle a déjà donné des fruits par la mise en chantier de plusieurs projets de coopération entre acteurs professionnels et associatifs, membres de l'Office de tourisme.
Lors de cette journée de réflexion, tous les participants ont marqué leur intérêt pressant pour que pour que les collectivités locales se positionnent favorablement sur la charte du PNR des Monts d'Ardèche.

L'Office du tourisme Mézenc-Loire Sauvage rappelle à tous la nécessité de faire connaître leur avis dans les registres de l'enquête publique qui sont ouverts dans nos mairies jusqu'au 21 décembre.

Il vient d'adresser le courrier suivant à ses adhérents:

"Bonjour à toutes et à tous,

Une enquête publique concernant la nouvelle charte du PNR des Monts d'Ardèche se déroule, jusqu'au vendredi 21 décembre.
Cette charte comprend notamment l'extension du Parc à 12 communes du massif situées en Haute-Loire (Champclause, Chaudeyrolles, les Estables, Fay sur Lignon, Freycenet-la-Cuche, Freycenet-Latour, Laussonne, le Monastier sur Gazeille, Moudeyres, Présailles, Saint-Front, les Vastres) et 7 communes du massif côté Ardèche ( en totalité Le Béage, le Cros de Géorand, Sainte-Eulalie, Sagnes et Goudoulet, Usclades et Rieutord et partiellement Mazan l'abbaye et Saint-Cirgues en montagne).

L'Office de tourisme lors de son dernier Conseil d'Administration le 15 Novembre dernier, s'est positionné en faveur de cette nouvelle charte et a demandé à chacun des acteurs touristiques de faire la démarche de s’exprimer sur celle-ci.

Ainsi vous pouvez vous rendre sur une des mairies du périmètre de révision afin de remplir le registre prévu à cet effet.

Vous souhaitant bonne réception,

Cordialement

Raphaël BONNET
Responsable
Office de Tourisme Mézenc - Loire Sauvage
Place du Vallat
43 150 Le Monastier sur Gazeille
www.mezencloiresauvage.com"

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



communiqué
POLITIQUE



Projet d'extension du PNR des Monts d'Ardèche
Pour l'extension du Parc des Monts d'Ardèche en Haute-Loire.
Une contribution à l'enquête publique par un citoyen de Chaudeyrolles.

- L’extension du PNR des monts d’Ardèche aux communes du Mézenc de Haute-Loire concerne directement un nombre très important d’acteurs de la vie économique, culturelle et sociale de notre communauté de communes. Aucune étude, à ma connaissance, n’a été faite sur l’ampleur de cet impact. La décision sera donc prise de façon peu rationnelle, les arguments relevant dès lors de la pétition de principe. Pour sortir d’un affrontement politique de pouvoirs sur le territoire, ce qui est ma position de citoyen, d’artisan menuisier, d’élu communal, de délégué communautaire, de membre actif de douze associations locales et de président de deux associations, l’une ayant son siège à Chaudeyrolles, l’autre à Borée, je considère la question de l’extension du Parc au regard des défis posés par l’action de terrain.

- La vie économique d’aujourd’hui en territoire rural de montagne soumis à un climat rude, ne peut pas être envisagée indépendamment d’un tissu social de faible densité démographique et de relativement forte identité culturelle.

- La communauté de communes du Mézenc et de la Loire Sauvage ne peut assumer ses responsabilités sans intégrer ses actions dans une vision claire de cette réalité.

- La faiblesse démographique impose de renforcer les liens culturels entre habitants. La vie économique, chez nous, est étroitement dépendante de la vitalité culturelle. L’exemple de l’AOC du Fin Gras du Mézenc le montre assez, comme le montrent l’importance des lieux d’hébergement et des résidences secondaires pour l’activité des artisans du bâtiment ou celle du tourisme pour les hébergeurs, animateurs ou producteurs vivriers pratiquant la vente directe, tout comme la richesse du patrimoine paysager, naturel et historique du Mézenc pour l’éducation nationale et l’enseignement supérieur.

- Dans ce contexte spécifique de faiblesse démographique, le développement intelligent du massif ne peut se concevoir de façon saucissonnée en autant de clochers que compte le territoire du Mézenc.

- Le tissu social ne peut se densifier que dans le renforcement de ses liens culturels par une coopération toujours accrue entre les diverses catégories d’acteurs du développement intégré du massif. Un projet ne peut s’épanouir que par le développement des autres projets. Les projets strictement autocentrés sont souvent en grande précarité économique, même les plus emblématiques du territoire, comme la Maison du Fin Gras à Chaudeyrolles.

- Les politiques publiques de développement économique, social et culturel mises en oeuvre par les diverses collectivités devraient évaluer le rendement des sommes investies au regard de leur impact sur la densification culturelle des liens sociaux au sein de la population résidente du Mézenc.

- Pour conclure, sans pouvoir m’appuyer sur des données chiffrées, par mon expérience de plus de dix ans d’action culturelle, sociale et économique sur tout le territoire du Mézenc et de ses piémonts tant en Haute-Loire qu’en Ardèche, je peux témoigner de ce que l’extension du Parc des Monts d’Ardèche aux communes de Haute-Loire concernées est une nécessité. Le blocage éventuel de cette ouverture par une décision des élus communautaires entraînerait une rupture profonde au sein de nos communes, une très grande partie des acteurs économiques et associatifs liés au développement culturel en concevrait une amertume durable envers leurs élus.

Frédéric Lavachery, président du Centre Haroun Tazieff et de l'association "Choeurs de Volcans, de Sources et de Montagnes", conseiller communal et délégué communautaire.

EN SAVOIR PLUS :

www.tazieff.fr

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



A Tence, un peintre du pays, de la nature et des gens, du temps passé et de l'air du temps ...
KIZOU DUMAS: Nouvelle exposition à la Galerie l’Estampe à partir du 25 décembre.


 

Kizou Dumas né le 19 octobre 1949 à St Etienne étudie la gravure à l’École Nationale des beaux-arts de St Etienne de 1966 à 1972, vit et travaille en Haute-Loire depuis 1986.

« Passionné de pêche à la mouche, j’aime les poissons, les rivières et les forêts qui les entourent. J’ai la chance d’habiter en Haute-Loire. Depuis quelques années, j’ai choisi de consacrer mon travail à la nature qui m’environne. Après avoir tenté de peindre la forêt, je m’intéresse aujourd’hui à la rivière et plus particulièrement à celle que je connais le mieux, ma rivière: Le Lignon. »

La nouvelle exposition, présentée par Kizou Dumas:

"De la Lithographie à la Digigraphie"

« On pourra y voir une rétrospective de ce que, humblement, j’ai fait dans ce domaine depuis quarante ans. Ca ira des lithographies de mes débuts dans les années 70, aux estampes numériques d’aujourd’hui, en passant par les monotypes (1992), et les gravures en taille-douce (depuis 1990) .

Qu’est ce qu’une estampe ?

Une estampe est l’empreinte réalisée à l’encre sur un support souple à partir d’une matrice. On peut résumer en disant que c'est une image imprimée sur papier à un nombre d'exemplaire limité.

Elle est synonyme de gravure quand une plaque de bois ou de métal est gravée pour obtenir la matrice d’impression : (Xylographie - Taille-douce). Le mot estampe est toutefois plus générique que celui de gravure, car il comprend aussi les images imprimées par report ou par contact, sans qu’il n’y ait de gravure à proprement parler (Lithographie - Sérigraphie - Monotype - Estampes numérique).

Estampe numérique ou digigaphie :

La matrice de l'œuvre est le fichier numérique d'une image, soit conçue de manière purement numérique, soit créée à partir d'un original numérisé et retravaillé avec des logiciels de traitement d'image. Grâce à l'amélioration des finesses de résolution, à l'utilisation de beaux papiers, et à l'emploi d'encres à base de pigments, les tirages jet d'encre atteignent aujourd’hui une qualité exceptionnelle.»

GALERIE L’ESTAMPE
16 grande rue 43190 Tence
Ouvert le lundi, mardi, jeudi 10h. 19h./ le vendredi à partir de 18h. pour boire un coup et discuter
samedi et dimanche 10h. 13h.

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



Une nouvelle bibliothèque numérique
« Numelyo »: la bibliothèque municipale de Lyon est en ligne


 
La bibliothèque municipale de Lyon, deuxième bibliothèque de France par ses collections, a mis en ligne un accès numérique pour consulter ses ouvrages de référence, parmi les plus précieux.

On y trouvera plus de 200 000 documents, archives, manuscrits, presse ancienne, enluminures, photographies, etc… Le projet prévoit de doubler le nombre de documents accessibles dans les dix prochaines années.
Les documents anciens, ceux dont les auteurs sont décédés depuis plus de 70 ans, restent libres de droit, même si le prestataire de numérisation, Google, deviendra tout de même propriétaire des fichiers obtenus. Son moteur de recherche aura l'exclusivité de l'indexation des dits documents numérisés.
C’est une clause particulière, réclamée par Google, en échange d'une prise en charge de la numérisation évaluée à 60 millions €. Les clauses du contrat de numérisation sont accessibles à l’adresse :
http://www.actualitte.com/document/contrat-google.pdf

Une recherche sur le mot clef « Numelyo », vous permettra d’en savoir plus.

Les conditions d’utilisation des documents sont disponibles à l’adresse :
http://numelyo.bm-lyon.fr/conditions_utilisation

Bibliothèque municipale de Lyon
30 bd Vivier Merle
69 431 Lyon cedex 03
Téléphone. 04 78 62 18 00
numelyo@bm-lyon.fr






Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
DANS LA PRESSE



À la foire bio de Chadrac
Jardinier résistant, échange graines de laitues contre plants de tomates

Antonin Sabarot, journaliste et photographe vient de publier le 1er décembre dans le blogue de la rédaction du Monde, un billet qui soulève le problème de la commercialisation des graines et plants pour jardiniers amateurs par le commerce "officiel", problème souvent dénoncé par les revues d'associations de consommateurs.
L'immense majorité des graines et plants vendus dans ces commerces sont de type "hybride F1", croisements sélectionnés auto dégénérescents, qui ne donneront rien si on les replante d'une année sur l'autre. Tout semble fait pour que jardiniers et paysans se retrouvent dans l'obligation d'acheter des semences tous les ans.
Parallèlement, surfant sur la vague écologique se développe un commerce de graines et plants de variétés anciennes, mais aussi traditionnelles qui échappent à cette sujétion.
Ce commerce est en principe illégal, car il existe en France un catalogue officiel des semences, et la vente de graines qui n'y sont pas inscrites est interdite.
Mais de plus en plus s'élève, porté par des particuliers ou des Associations, un vent de contestation destiné à briser le système actuel d'achat forcé.
C'est ainsi qu'à Chadrac, dans le coin d'une foire bio, on peut voir un petit stand sur lequel on ne vend ni achète rien: ici graines et plants sont mis à disposition des jardiniers désireux de découvrir de nouvelles espèces ou de propager des semences rares. Ce stand a l'air anodin, mais c'est un petit nœud de résistance. Quelques jardiniers amateurs et maraîchers bio y ont décidé de mettre en commun leurs savoirs et leurs précieuses semences, comme pour ne pas céder au diktat de la société de consommation pendant qu'au centre de la salle polyvalente de Chadrac s'organise un grand débat sur l'opportunité de créer une "maison des semences" en Haute-Loire, afin de pérenniser les échanges de graines.
Ce blogue suscite de nombreuses réactions de partisans et adversaires de cette initiative.

Jean-Paul Rique. Correspondant de mezenc.fr

Information déposée par Jean-Paul Rique ( lui écrire )



communiqué
CULTURE ET PATRIMOINE



Apocalypse now?
FIN DU MONDE OU FIN D'UN MONDE ?
Actualité permanente de l'interrogation sur l'aventure humaine.

Selon la presse, nous aurions connu l'annonce de 182 fins du monde depuis la chute de l'Empire Romain.

Les moins fantaisistes des commentateurs nous expliquent que ces annonces témoignent souvent de la décadence de civilisations. Il faut bien admettre que depuis une bonne trentaine d'années la nôtre fait preuve d'une remarquable capacité à boucher l'horizon de l'humanité.

Sous le titre "Aventure humaine?", le 24 juillet 2009 au Chambon-sur-Lignon, le Centre Haroun Tazieff tenait une journée consacrée à la montée du questionnement de l'Homo Sapiens Sapiens sur lui-même , journée animée par Pierre Zettwoog, philosophe, historien, physicien et volcanologue équipier d'Haroun Tazieff,.

Au temps de l’humain encore innocent, tout était encore possible. La maîtrise des écosystèmes pour des finalités purement humaines a conduit les hommes depuis des millénaires, de la Chine, de la Grèce ou de la Perse antiques à la philosophie des « lendemains qui chantent » ou celle de la « fin de l’Histoire » ou encore celle du « choc des civilisations ». Quels que soient les grands crimes de l’humanité contre elle-même, nous en étions jusqu’il y a une quarantaine d’années aux temps de l’humain encore naïf.

Désormais, l’homme est averti.

La journée se concluait par cette interrogation:

"Un animal s’est-il jamais posé la question du paysage ? Le paysage est le compagnon de l’homme depuis qu’il a trouvé la culture, les grottes qui furent ses abris en témoignent. Le paysage est aussi le grand livre des comptes de l’humanité. Il y a 2.500.000 ans que le culturel a ouvert la différenciation de l’homme et de l’animal. Et pourtant, nous souffrons encore très largement d’illettrisme paysager."

Tous les enjeux de l'humanité marquent le paysage. C'est vrai aussi de notre tout petit bout de ce monde qu'est le Mézenc. Il faut parfois plonger dans les rayons poussiéreux de bibliothèques désertées pour retrouver les traces d'enjeux oubliés qui, lorsque l'on interroge le paysage à leur lumière trop estompée, révèlent leur actualité.

Ainsi en est-il de Rosette Bérard, de Chaudeyrolles, dont le numéro 16 des Cahiers du Mézenc nous apprend qu'elle était agent de liaison des groupes de maquisards FTP. Arrêtée en 1943, elle fut emprisonnée à Saint-Etienne puis au Fort de Montluc avant d'être expédiée en wagon à bestiaux de Compiègne à Ravensbrück. Rescapée, elle nous a quitté il y peu, léguant à la commune de Chaudeyrolles le cinquième de ses avoirs financiers, à charge pour la commune d'entretenir les lieux de mémoires de son village natal.

Le nouveau parcours de randonnée de Chaudeyrolles dédiera à Rosette Bérard l'une de ses quinze stations de découverte et de description des trésors du patrimoine naturel et culturel accessibles par la lecture paysage.

EN SAVOIR PLUS :

www.tazieff.fr

Information déposée par Frédéric Lavachery ( lui écrire )



EDUCATION



RECHERCHE DE STAGE
dans le cadre d'une formation "Valorisation des Espaces et des Produits Montagnards"

Titulaire d'un BTS Gestion et Protection de la Nature, spécialité animation nature, actuellement en Licence Professionnelle Valorisation des Espaces et des Produits Montagnards à l’Université de Savoie de Chambéry, Emmie Nibel souhaiterait réaliser son stage de Licence Pro dans la région du Mézenc afin de mieux connaitre le territoire et ses différents acteurs.
Elle a déjà effectué son stage de BTS sur le Massif (au chalet du Mézenc) et envisage de s'installer dans la région, après ses études.
La formation actuellement suivie vise à appréhender le milieu associatif et les logiques d’acteurs sur un territoire, ainsi qu'à conduire des projets de sensibilisation et de valorisation d’un patrimoine, d’un terroir, d'une agriculture.
Le stage débuterait en Avril 2013 pour une durée de 3,5 à 5 mois selon les besoins.
On peut la contacter à l'adresse ci-dessous.

Information déposée par Guy Lhoste ( lui écrire )



communiqué
ACTIVITES DE LOISIRS



Stages de céramique à l’atelier d’Arlette et Marc Simon
Programme 2013


 
L'atelier confortable et spacieux est très bien outillé. Nous aimons partager notre passion avec nos élèves et les aider à trouver leur propre démarche créatrice.
Nous enseignons les différentes techniques de façonnage, polies enfumées.

Le nombre de participants est limité à 8 personnes.
Hébergement possible. Repas de midi pris ensemble.

Calendrier 2013 des stages de céramique (du lundi au vendredi de 9h-12h et de 14h-17h30)

Stages d'Hiver:
Du 25 février au 1er mars 2013
Du 4 au 8 mars 2013

Stages de Printemps:
Du 22 au 26 avril 2013
Du 6 au 10 mai 2013
Du 3 au 7 juin 2013

Stages d'été:
Du 15 au 19 juillet 2013
Du 22 au 26 juillet 2013
Du 29 juillet au 2 août 2013
Du 19 au 23 août 2013
Du 26 au 30 août 2013
Du 2 au 6 septembre 2013

Stage d'automne:
Du 28 octobre au 1er novembre 2013

Renseignements
Arlette et Marc SIMON céramistes
Espace d' art contemporain Les Roches
43400 Le Chambon sur Lignon
Tel : +33 (0)4 71 59 26 68
simon.ceramistes@gmail.com



PIECE JOINTE :

Bulletin d'inscription

Information déposée par Jean-Claude Ribeyre ( lui écrire )



communiqué
ACTIVITES DE LOISIRS



JEUDI 27 DECEMBRE : CINE GOUTER : ZARAFA
A la salle du Pont à 15h à St Martin de Valamas


 
L'Assoc'active invite petits et grands à la projection de Zarafa, le jeudi 27 décembre 2012 à 15 h à la salle du Pont à St Martin de Valamas.

Zarafa, film d'animation de Rémi Bezançon et Jean-Christophe Lié. Sous un baobab, un viel homme raconte aux enfants l'histoire d'amitié entre Maki, un enfant de 10 ans et Zarafa, une girafe orpheline, cadeau du Pacha d'Egypte pour le Roi de France Charles X.

En première partie, diffusion du diapo-conte réalisé par les enfants de l'accueil de loisirs de Saint Martin de Valamas avec le professionnalisme du Studio Panam.


Projection suivie d'un gôuter. Entrée : 5 € (gratuit moins de 4 ans).


Venez nombreux !


Information déposée par Céline Guigon ( lui écrire )


X*X*X*X*X*X