31 août 2012

Numéro 2012-06
Toutes les deux semaines, la lettre d'information diffuse aux abonnés une sélection des informations parues dans les pages d'actualité du site au cours des semaines précédentes.

Au sommaire de ce numéro


Foire de Pays de Saint Pierreville
Dimanche 2 septembre 2012 : 28ème foire

Festival du livre en Montagne Ardéchoise
Et salon du livre de Bourlatier

Découvrir, sentir, écouter, regarder, déguster.
RANDONNEE GOURMANDE ET PATRIMOINE

Dimanche 9 septembre à Saint-Front

Les moulinages
Mise en place d’un inventaire par le Parc des Monts d’Ardèche

Centre Haroun Tazieff.
Bilan des actions menées par les stagiaires présents cet été.


Les abeilles en danger

Les ponts s’exposent
Aux Archives départementales de l’Ardèche

Les Journées Européennes du Patrimoine
Dans le canton de Saint-Martin-de-Valamas

Les monastères de la Montagne …
et leur impact sur la vie sociale, économique, politique et culturelle

Colloque : Saint-Chaffre, La Chaise-Dieu et leurs voisins...
Concurrences, influences et complémentarités monastiques dans l’Église au Moyen Âge

"Les usages politiques de l’histoire dans la France contemporaine".
Tel était le thème d'une conférence de Nicolas Offenstadt,
proposée par la SHM, ce 18 août au Chambon-sur-Lignon

FESTIVALS DE L'ETE:
UNE PROGRAMMATION EXCESSIVE ?


Tremblement de terre en Ardèche,
ce dimanche 19 août 2012.


CE QUI EXISTE, CE QUI SE PASSE, CE QUI SE DISCUTE
C'est sur ce tryptique que mézenc.fr organise, progressivement, son activité de partage de l'information.

 

EVENEMENTS

Foire de Pays de Saint Pierreville
Dimanche 2 septembre 2012 : 28ème foire
 


 
« Saint Pierreville propose l'une des plus belles foires de pays de l'Ardèche. Foire de rentrée, elle est le rendez-vous incontournable pour les gens des Boutières, en même temps qu'une destination prisée pour de nombreux visiteurs ».

* Programme du samedi 1er septembre 2012 : Repas spectacle et bal

- à partir de 19h, place du Clot, repas servi en compagnie de « Ritchie et Léna » (chansons françaises des années 50), suivi d'un spectacle enflammé « tout feu, tout flamme », et pour clôturer, le bal animé par « Sound events ».

* Programme du dimanche 2 septembre 2012 : Foire et animations

- toute la journée : marché de producteurs locaux et artisans d'art « L'Artdécho » et musiciens pèlerins « Les Ventourescos »

- toute la journée au camping : tonte de moutons ; chiens de berger « Vanille et Fiwi » ; camp médiéval par « Les Compagnons de Montréal » ; maréchal ferrant ; « quads du Talaron » ; modélisme ; animaux de la ferme...

- sur la place du Clot : Conférence « Qu'arrive-t-il à nos abeilles ? »(1) ; jongle et danse orientale par « Mayapan Singh » à 14h30 ; cyclotour en bois (toute la journée) ; exposition de peinture par Jacques Dortel (toute la journée)...

1 – voir notre information dans la rubrique environnement.

Contact
Office de tourisme des Châtaigniers,
tél. 04 75 66 64 64
Une brochure présentant le programme est disponible dans les offices de tourisme et chez les commerçants.



ACTIVITES DE LOISIRS

Festival du livre en Montagne Ardéchoise
Et salon du livre de Bourlatier
 


 
Le salon aura lieu le dimanche 2 septembre 2012 DE 10H A 18H
A la ferme de Bourlatier (à 3 km du Mont Gerbier de Jonc)

Au programme :
- Présentation d’ouvrages du fonds régional de la Bibliothèque Départementale de Prêt de l’Ardèche.
- Projection des images réalisées au cours des animations culturelles dans les bibliothèques ou Médiathèques de la Montagne Ardéchoise.
- Expositions.
- L’espace des enfants (animations et lectures)
- Espace détente (Vitrine des produits de la Montagne Ardéchoise, Buvette)

Le festival du livre se déroulera du mardi 28 août au jeudi 6 septembre, le programme peut être consulté en suivant le lien ci-dessous.

Événement organisé par le Syndicat mixte de la Montagne Ardéchoise (SMA) en partenariat avec la Bibliothèque Départementale de Prêt de l’Ardèche, les Bibliothèques et Médiathèques et les offices de tourisme de la Montagne Ardéchoise.
Tél. : 04 75 94 09 35 / 06 77 37 16 69

PIECE JOINTE :

Programme



ACTIVITES DE LOISIRS

Découvrir, sentir, écouter, regarder, déguster.
RANDONNEE GOURMANDE ET PATRIMOINE
Dimanche 9 septembre à Saint-Front
 


 
L'Association SAINT FRONT ESCAPADES organise un randonnée gourmande le dimanche 9 septembre 2012 à ST FRONT.

Le trajet, d'environ 12 km, est ponctué d'étapes nourricières :
Etape 1 – Plateau de la Chaud - Apéritif de mise en jambes (Myrtillé ou sirop de framboise + toast)
Etape 2 - à l’Auberge de Bigorre - Le délice des grands espaces et ses demoiselles du jardin (Coufidou + P.de Terre + carottes + 1 verre de vin )
Etape 3 – à l’Assemblée de Bournac - Ronde des pâturages (Fromages fermier : vache et chèvre + 1 verre de vin)
Etape 4 – à l’Assemblée de Machabert - Saveurs d’antan (Infusions)
Etape 5 – Place de St-Front - Délices aux mille saveurs - (Tartes aux fruits + café)

La rando peut se faire à pieds, à VTT, avec un âne, à cheval. Elle est ouverte à tous, sans conditions d'âge.

L'inscription est obligatoire auprès de l'un des deux téléphones suivants :
06 21 77 18 71 ou 04 76 08 37 76.



TERRITOIRE(S)

Les moulinages
Mise en place d’un inventaire par le Parc des Monts d’Ardèche
 


 
Le moulinage a été une industrie importante et présente en Ardèche pendant près de deux siècles. Elle a moins marqué le département de la Haute-Loire. Les « fabriques » comme on les appelle aussi, semblent s’être installées vers le milieu du XVIIIe siècle sur le territoire du Parc des Monts d’Ardèche. La grande majorité des bâtisses qui vont être répertoriées ont été construites au cours du XIXe siècle, « l’âge d’or des moulinages ». Le Parc travaille depuis plusieurs années sur l’histoire de cette industrie et c’est la première fois qu’il se lance dans un inventaire dans ce domaine.

C’est dans ce cadre que l’association Arcade (07310 Arcens, http://arcade.arcens.free.fr) a été contactée par le Parc des Monts d’Ardèche pour guider, dans le canton de Saint-Martin-de-Valamas, une étudiante en « Ingénierie du Développement Territorial », stagiaire au Parc des Monts d’Ardèche et chargée de cet inventaire.

Le but était de visiter les différents sites mouliniers, d’identifier l’architecture des bâtiments et le mode d’énergie utilisé, de dresser un bref historique de leur installation et de répertorier leurs nouvelles fonctions. Une rencontre avec le dernier propriétaire (retraité) d’un moulinage de Saint-Martin-de-Valamas a pu être organisée. Il est à signaler que cette association s’est lancée dans l’étude des moulins et moulinages de ce canton. De la dizaine d’industries textiles du canton, il n’en reste qu’une seule : l’entreprise Blanchard SA, longtemps spécialisée dans la passementerie.

Il est à remarquer que le périmètre de l’étude couvre le territoire étendu du Parc, comme il est défini dans la nouvelle charte 2013-2025. Ce sont donc 167 communes qui font l’objet de cette étude (les 165 communes du Parc et les 2 villes portes).

La charte 2013-2025 est en cours de validation mais rencontre des oppositions. Douze communes de Haute-Loire devraient pouvoir entrer dans le périmètre du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche par adoption de cette nouvelle charte. Cette proposition qui devrait être validée le mois prochain divise cependant les élus et la population.

Mézenc.fr se fera l’écho de la validation de cette charte et des débats qui pourront s’y rapporter.

Lien vers la révision de la charte :



TERRITOIRE(S)

Centre Haroun Tazieff.
Bilan des actions menées par les stagiaires présents cet été.

Le CHT a accueilli cet été 5 stagiaires du lycée de Morlaix pendant plusieurs semaines. Ils effectuaient un stage obligatoire dans le cadre de leurs études. Ils ont travaillé sur le nouveau Parcours de Randonnée de Chaudeyrolles. Leur objectif, dans le cadre de l’action conduite par le CHT pour le développement de Chaudeyrolles et du massif du Mézenc, était de rédiger des fiches d'information pour étoffer la documentation relative au PR et aboutir à des topo-guides afin de compléter le travail mené par ID-Bio.

Le Mont Signon
Cyril Lamarre a conçu le cahier des charges à soumettre au conseil communal, propriétaire du site du Signon, et à L'ONF (Office National des Forêts), gestionnaire du secteur boisé, en vue de la restauration du caractère essentiellement minéral et exceptionnel de la zone sommitale.
Le projet de faire du Signon un pôle majeur de la lecture de paysage sur le massif Mézenc-Gerbier-Meygal passe par cette restauration et par la finalisation d'une offre d'animations comprenant l'initiation à la construction en pierres sèches. Avec l'équipe de Manuel Duveau et Fabien Habauzit qui a restauré les chibottes de Vals-près-Le-Puy, le CHT étudie d'ailleurs la possibilité de rénover quelques-uns des abris d'exploitation de la lauzière. La restauration de ce patrimoine délaissé pourrait fournir des refuges aux randonneurs et des grottes aux enfants, selon l'expression d'un élève de CM1 qui a eu l'occasion avec sa classe de bénéficier d’une initiation à la taille de phonolite.

Une tourbière proche de la Grosse Roche, à la Rochette
Maël Spinnec a découvert une charmante petite tourbière dans une clairière proche de la Grosse Roche, dans la partie du PR qui se trouve sur le territoire de La Rochette. Il a conçu un projet de sauvegarde par un aménagement minimaliste qui permette l'éducation aux espaces naturels sensibles en préservant la zone du piétinement. Cette tourbière pourra devenir un élément important du PR.
Le maire de La Rochette a fait part au CHT de son intérêt pour notre PR et pour l’aménagement de la tourbière, sous réserve de l’accord de Natura 2000 dont l’extension prévue englobera ce site. Contactée par Maël Spinnec, la responsable de Natura 2000 Ardèche s’est montrée ouverte au projet. A l’instar de la « Virée au Pays du Peuple du vent », conçue par l’Ecole du vent et la Mairie de Saint-Clément, il serait fructueux pour le massif que des communes comme Chaudeyrolles, Saint-Clément, La Rochette, Borée, Saint-Martial, Les Estables, Fay, Saint-Front, Moudeyres … se concertent pour la conception et la gestion d’un espace partagé, objet de projets convergents. Le CHT proposera prochainement au conseil communal de Chaudeyrolles de mettre sur pied une journée publique de découverte du nouveau PR, avec une communication particulière aux élus du Mézenc, aux professionnels de la randonnée et de l’hébergement et aux associations.

Les autres sujets de stages
Marine Delalande s'est intéressée aux oiseaux que l'on peut observer sur le PR, elle en a réalisé plusieurs dessins et aquarelles qui illustreront les fiches de documentation du PR, tandis que le travail de Michel Fouquet qui a étudié les zones humides des sources du Lignon, fournira de la matière en complément des stages réalisés par Johan Rucar et Claire Gilant, effectués l’an dernier. Stéphanie Mazet a travaillé sur les contes et légendes du Mézenc, ce qui nous permettra de révéler un aspect fortement méconnu du patrimoine culturel du massif, en diverses stations du nouveau PR comme le « Pas du Diable », sous le Chastelas.

Les stagiaires du CHT auront donc largement contribué à enrichir le travail commencé sur le PR de Chaudeyrolles, ils se sont aussi remarquablement intégrés, au long de leurs dix semaines de présence, aux diverses activités locales, tant à Chaudeyrolles qu’à Borée ou Fay.

Le CHT tient à souligner la générosité de Lucie Boudol et Fred, jeunes agriculteurs de Saint-Front, qui les ont accueillis et nourris.

Sylvie Leleu.



ENVIRONNEMENT

Les abeilles en danger


 
Depuis quelques années déjà, des conférences, pétitions et débats sont organisées sur ce thème. Les constats que l’on peut relever sont, par exemple, les suivants :

« Les abeilles et d’autres insectes pollinisateurs voient leur nombre chuter de façon inquiétante, ce qui met leur survie future en péril, et pourrait avoir des conséquences dramatiques pour les écosystèmes et l’agriculture ».

« Les changements dans les pratiques fermières pourraient rendre les populations d’abeilles vulnérables aux épidémies et aux parasites, augmentant dangereusement leurs taux de mortalité ».

« Les changements dans l’utilisation des pesticides pourraient même être responsables de l’effondrement de colonies entières d’abeilles ».

Qu’en est-il vraiment ?

1 - Nous avons lu dans le dépliant de présentation de la Foire de Saint Pierreville l’annonce d’une conférence :
"Qu’arrive-t-il à nos abeilles ?"
de monsieur JJ. Canova, apiculteur de Gluiras (07190), dimanche 2 septembre, 14 h 30 Saint Pierreville.

Cette conférence qui « explorera des hypothèses pouvant expliquer son inquiétante perte de vitalité et questionnera l’avenir de cette très ancienne compagne de l’humanité » pourrait nous apporter un début de réponse.

2 - Pour se documenter nous vous proposons de suivre le lien ci-dessous (Réseau de conservatoires d’abeilles et pollinisateurs POLLINIS, association loi 1901) qui propose des actions et la signature d’une pétition contre l’emploi de pesticides.

Site : http://www.pollinis.org/

3 – Vous pouvez écouter l’émission sur ARTE (THEMA) : Le Mystère de la disparition des abeilles.

Synopsis : Enquête sur un désastre écologique mondial qui pourrait mettre en péril l'humanité toute entière… Aujourd'hui, un tiers de notre nourriture dépend directement de l'abeille, le pollinisateur agricole le plus important de notre planète. Or, depuis plusieurs années, des millions d'abeilles disparaissent mystérieusement. Pourquoi ? Serons-nous capables de faire face à cette catastrophe annoncée ? Efficace et rigoureuse, l'enquête menée par Mark Daniels et qui a nécessité 18 mois de tournage réussit le tour de force de rendre avec clarté un problème aux enjeux complexes. Dans les champs où les abeilles butinent, derrière l'œilleton des microscopes ou auprès d'un apiculteur écossais philosophe, sa caméra fait le tour d'une planète apicole expressive et diverse, qui doute et s'interroge...

Diffusion : mardi 28 août à 20 h 45 et samedi 01 septembre à 16 h 25.

Complément sur ARTE : http://www.arte.tv/fr/3166056.html

Quels sont les problèmes rencontrés sur le massif du Mézenc ?

Nous n’avons pas les moyens de mener une enquête sur l’ensemble du territoire pour les présenter. Aussi vous pourriez nous y aider, en utilisant l’onglet « nous contacter » pour nous communiquer :
- les informations que vous avez,
- vos observations,
- et éventuellement les adresses d’apiculteurs que nous pourrions contacter.

Merci



CULTURE ET PATRIMOINE

Les ponts s’exposent
Aux Archives départementales de l’Ardèche

 


 
« Les Archives départementales, basées place André Malraux à Privas, vous invitent, du 14 septembre au 30 mars 2013, à franchir l'espace et le temps, en partant à la rencontre des ponts d’Ardèche. Ils surmontent les accidents de terrain et relient les territoires comme les hommes depuis l’Antiquité. On en dénombre plus de deux mille dans le département. Connus ou inconnus, en pierre ou en fer, monumental ou minuscule, en bois ou en béton, ces ouvrages d'art sont à découvrir sous toutes leurs facettes au travers d'une exposition, de jeux, de spectacles, de conférences, d'un concours photos ».

L’exposition s’appuie sur la collecte réalisée entre 2005 et 2008 auprès des anciennes subdivisions de la DDE dont certaines sont devenues des sites départementaux.

Vous découvrirez la richesse des devis, plans, requêtes, photographies en grande partie issus des fonds des Ponts-et-Chaussées, de la Direction départementale de l’équipement (DDE) et de la Direction des routes départementales du Conseil général.

Parmi les nombreuses manifestations organisées autour de cette exposition, ne manquez pas les lectures d'archives « Des ponts et des hommes » par la Compagnie Valentine à

- Privas (le 14 septembre),
- Le Cheylard (le 11 octobre)
- Tournon-sur-Rhône (le 4 décembre)

Archives Départementales de l’Ardèche
Place André Malraux
Privas (07
tél: 04 75 66 98 00 / télécopie: 04 75 66 98 18

EN SAVOIR PLUS :

http://www.ardeche.fr



CULTURE ET PATRIMOINE

Les Journées Européennes du Patrimoine
Dans le canton de Saint-Martin-de-Valamas
 


 
Chaque année, ont lieu les Journées Européennes du Patrimoine.
Partez à la découverte de notre patrimoine, explorez les richesses de notre région …

Toutes les animations (utilisez le lien ci-dessous) sont gratuites, sauf « Ma première visite guidée » à l’Ecole du Vent pour les enfants, mais vous devez récupérer un badge dans un office de tourisme pour faire certaines visites.

N’hésitez pas à venir à l’Office de Tourisme pour récupérer le programme des Journées du Patrimoine.

Contact
Office de tourisme des Boutières
la place
07310 Saint Martin de Valamas
tél. : +33 (0)4 75 64 80 97
fax : +33 (0)9 72 29 54 41

PIECE JOINTE :

Programme



CULTURE ET PATRIMOINE

Les monastères de la Montagne …
et leur impact sur la vie sociale, économique, politique et culturelle
 


 
Le colloque « Monastères de la Montagne et leur impact sur la vie sociale, économique, politique et culturelle » fait suite aux journées « Découverte des monastères de la Montagne » tenues en septembre 2011.

Il a pour objectif principal de présenter les derniers travaux sur le rôle des abbayes fondées « dans le Désert » vis-à-vis de leur environnement naturel et sociétal. Il réunit une somme de communications centrées sur les monastères de la Montagne et la région Vivarais-Velay-Gévaudan mais plus largement sur d’autres régions afin de mieux appréhender l’impact réel du monachisme.

Trois sessions sont proposées les vendredi 7 et samedi 8 septembre ; elles aborderont successivement ou parallèlement les aspects sociaux, économiques, politiques et culturels sur le long terme, depuis les premières fondations au cœur du Moyen Age jusqu’à nos jours. Dimanche 9, rendez-vous est pris avec l’abbaye de Mazan pour une visite guidée avant que le colloque ne s’achève à La Besse, lieu de mémoire du Plateau ardéchois.

PIECE JOINTE :

Avant programme



CULTURE ET PATRIMOINE

Colloque : Saint-Chaffre, La Chaise-Dieu et leurs voisins...
Concurrences, influences et complémentarités monastiques dans l’Église au Moyen Âge
 


 
Le Monastier-sur-Gazeille - La Chaise-Dieu

13-15 septembre 2012

«Prenant la suite d’un premier colloque organisé en 1997 autour de l’abbaye du Monastier-Saint-Chaffre et de sa continuation par un colloque franco-italien (Attraverso le Alpi, 2004), le colloque organisé en 2012 – associant cette fois au vieux monachisme bénédictin des Chaffriens un monachisme bénédictin issu des réformes du XIe siècle – entend poser la question des relations entretenues par ses établissements et leurs prieurés avec leurs voisins monastiques, que cette vicinalité soit géographique ou spirituelle... Sont bien sûr concernées les autres congrégations bénédictines et au premier chef évidemment les Clunisiens, mais sont aussi concernés les nouveaux ordres des XIe et XIIe siècles – les Cisterciens et les Chartreux, les ordres militaires et hospitaliers, les congrégations de chanoines réguliers... – ainsi que les mendiants.

Si les deux congrégations sont originellement établies au cœur du Massif central, toutes deux ont considérablement essaimé durant le Moyen Âge dans le sud du royaume de France et même hors de celui-ci dans les royaumes limitrophes, alors que leurs dignitaires ont intégré des réseaux dépassant largement l’horizon du Velay et de l’Auvergne, donnant finalement une dimension européenne à l’aire d’étude envisagée.

Les notions de concurrence, d’influence et de complémentarité doivent s’entendre de façon extrêmement large en sollicitant les apports à la fois des sources écrites, de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Le colloque s’intéressera aux relations entretenues par les Chaffriens et par les Casadéens avec leurs homologues monastiques dans les domaines de la vie religieuse (liturgie, architecture, art, structuration des communautés), de la vie économique (gestion domaniale, organisation de l’espace, usages de l’écrit), des réseaux politiques et sociaux (aristocratie, conflits et aspects juridiques, relations avec les pouvoirs, réforme de la société).

Programme sur demande à :
Bernard Sanial
Le moulin de Savin
43150 Le Monastier-sur-Gazeille

ou à télécharger ci-dessous :



CULTURE ET PATRIMOINE

"Les usages politiques de l’histoire dans la France contemporaine".
Tel était le thème d'une conférence de Nicolas Offenstadt,
proposée par la SHM, ce 18 août au Chambon-sur-Lignon
 


 
La Société d'Histoire de la Montagne (SHM) est une société savante regroupant une centaine d'adhérents qui résident principalement sur le Plateau Vivarais Lignon, dans les régions Rhône-Alpes, Auvergne, et en zone parisienne.
Elle réunit des autochtones et des personnes ayant un lien étroit avec le Plateau, des témoins de la guerre, réfugiés juifs, résistants ou leurs ayants droit, et des enseignants-chercheurs.
Elle privilégie trois types d'actions : l'information, la commémoration et la recherche scientifique.

Samedi 18 août à 20h45 dans la salle du théâtre de la Maison des Bretchs du Chambon-sur-Lignon, elle accueillait Nicolas OFFENSTADT (photo ci-dessus), pour une intéressante conférence sur
"Les usages politiques de l’histoire dans la France contemporaine".

Nicolas Offenstadt est agrégé et docteur en histoire, diplômé de l’IEP de Paris, ancien pensionnaire de la Fondation Thiers. Il a enseigné à l’IEP de Paris et à l’Université de Toulouse II. Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, il est l'auteur de nombreux travaux sur les pratiques de la guerre et de la paix à la fin du Moyen Age et à l’époque contemporaine.
Il est intervenu régulièrement dans l'espace public pour interroger les usages de l'histoire par le pouvoir, en particulier lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

On trouvera le compte-rendu de la conférence, rédigé par Michel Fabréguet, en document joint ci-dessous.

EN SAVOIR PLUS :

http://shm43.free.fr/

PIECE JOINTE :

Compte-rendu



ECONOMIE

FESTIVALS DE L'ETE:
UNE PROGRAMMATION EXCESSIVE ?

"Festivals, le compte n'y est pas !".
L'Eveil de la Haute-Lore l'affirmait avec force à la une de son édition des 13-14 août derniers.
Et de préciser, avant de revenir en détail sur les soirées de clôture (simultanées) du "Festival Celte en Gévaudan" et du "Festival des Cuivres" du Monastier-sur-Gazeille, que "les organisateurs de festivals ne sont pas satisfaits. Les dates se télescopent et le public [n'est] pas assez nombreux...".

On pourrait bien sûr juger sans importance que l'affluence (et le succès économique qui en découle) soit au rendez-vous, dès lors que les participants, fussent-ils peu nombreux, y trouvent leur plaisir. La culture a-t-elle affaire de la rentabilité ?
Mais ce serait oublier un peu vite que, malgré le très fort investissement bénévole sans lequel la plupart des équipes organisatrices n'existeraient tout simplement pas, l'organisation d'un festival reste toujours une opération économiquement lourde, du fait de dépenses incompressibles. Et donc que le succès économique des éditions précédentes conditionnent non seulement la pérennité de la manifestation, mais aussi, si elles ont lieu, la qualité des éditions ultérieures.

Alors, comment comprendre ce manque d'affluence ? faut-il parler de conséquence de la crise économique ? de programmation excessive ? de crise du modèle "festival" ?

Crise économique ?
Bien évidemment, on peut imaginer que la réduction de la consommation (en période de crise économique) affecte en tout premier lieu les budgets consacrés à la culture et au loisir, et que cela explique assez largement la faible affluence à certaines manifestations. En attesterait, paradoxalement, le succès des spectacles "off", souvent gratuits, qui se déroulent en parallèle des programmes officiels. Plusieurs organisateurs mentionnent ce succès. Mais il convient d'être prudent sur ce point, la fréquentation "off" n'étant pas si aisée à mesurer.

Programmation excessive ?
Sous le nom de festivals, s'annoncent chaque été des manifestations de tous genres, toutes durées, toutes envergures, et peut-être toutes qualités. Faute de statistiques précises, on a du mal à mesurer si leur nombre total a beaucoup augmenté au cours des dix ou vingt dernières années. Mais on imagine, à la seule lecture de mezenc.fr, la place significative que ces manifestations occupent dans l'animation locale, à destination conjointe des résidents et des touristes (ceux-là déjà sur place), et, autant que possible, aux passionnés du thème du festival (ceux-ci attendus de plus loin).
Y a-t-il alors trop d'offre par rapport à la fréquentation potentielle ?

Crise du modèle "festival" ?
Si on en croit le Petit Robert, le festival est une "série de représentations où l'on produit des oeuvres d'un art ou d'un artiste".
Il faut, pour fréquenter un festival, une familiarité préalable avec cet art ou avec cet artiste ; on vient au festival pour le célébrer autant que pour le découvrir.
Une clé de la participation au Festival, et du succès de celui-ci, est donc sans doute le lien qu'établit le spectateur entre le moment festival d'une part, et ses pratiques (ou même ses consommations) culturelles ordinaires d'autre part. Croit-on que la Mostra de Venise serait la Mostra de Venise, si de toute l'année personne n'allait jamais au cinéma ?
Mais les arts sont nombreux, et les artistes plus encore. Plus la thématique sera spécialisée, "pointue", moindre sera la familiarité des spectateurs espérés, et moindre, de ce fait, le nombre de spectateurs accueillis. Or, la logique veut qu'un festival se renouvelle, innove, se distingue. Et c'est par une thématique pointue, justement, que les organisateurs peuvent être tentés de se singulariser (et cela plus encore dans un contexte d'offre abondante). Mais comment, alors, amener à cette nécessaire familiarité préalable avec l'art ou l'artiste un public suffisamment nombreux pour garantir, le festival venu, l'affluence économiquement indispensable ?

Le succès des festivals dépend sans doute du climat économique d'un moment, et de l'ajustement de l'offre aux volumes du public potentiel d'un territoire donné (mais qui voudra s'effacer de l'affiche au bénéfice de la programmation voisine ?).
Il dépend peut-être plus encore du rapport entre l'instant convivial et festif (le festival), et la pratique culturelle quotidienne. Une pyramide n'a pas de sommet si elle n'a pas de base.
Cela ne peut aller sans le travail pédagogique d'une action culturelle de longue durée.

Guy Lhoste



ENVIRONNEMENT

Tremblement de terre en Ardèche,
ce dimanche 19 août 2012.


 
Dimanche, vers 16 heures, un séisme s'est produit en Ardèche.
D'une magnitude de 2,7 sur l’échelle de Richter, il avait son épicentre à 5 km sous terre, entre Beauchastel et Saint-Laurent-du-Pape, au-dessus de La Voulte-sur-Rhône. Des secousses ont été ressenties à plusieurs kilomètres, et jusque dans la Drôme.
Un précédent séisme s'était produit en Ardèche le 26 février dernier ; d'une magnitude de 3,6 il avait son épicentre à Saint-Joseph-des-Bancs. On se souvient aussi d'un tremblement de terre au mois d’août 2011, d’une magnitude de 3,7.

Le séisme de dimanche n'a provoqué aucun dégât.
Le phénomène semble d'ailleurs assez normal, tout l'arc péri-alpin étant soumis au risque sismique, ainsi que le montre la carte ci-dessus, publiée par le Gouvernement le 21 novembre 2005.

Il n'en reste pas moins qu'il peut causer quelque frayeur, sur le moment, aux habitants des communes où il est ressenti le plus fortement.



MEZENC.FR

CE QUI EXISTE, CE QUI SE PASSE, CE QUI SE DISCUTE
C'est sur ce tryptique que mézenc.fr organise, progressivement, son activité de partage de l'information.
 

On avance lentement, mais on avance.
C'est ce que nous nous sommes dit, entre correspondants de mezenc.fr, réunis ce mercedi 29 août à Saint-Martial, un peu plus de trois mois après le lancement du site.
Notre projet se précise et se concrétise, même s'il n'avance pas à même vitesse dans chacun des trois domaines d'information que nous définissons comme nôtres : information sur ce qui existe, sur ce qui se passe, sur ce qui se discute.


L'information sur CE QUI SE PASSE
se concrétise dans la page "actualités" du site et dans la "lettre d'information".
Ce domaine d'information a été le plus rapidement mis en place, grâce à l'expérience acquise sur d'autres sites et aux réseaux de contacts des correspondants. Il reste à le faire évoluer dans ses contenus, par une meilleure ouverture à des domaines d'actualités peu pris en compte jusqu'ici (social, politique, économique), et par de nombreux compléments à apporter à notre "charte éditoriale".

Dans ce domaine d'information, le site mezenc.fr se donne notamment pour mission de relayer auprès des internautes les informations émises par les acteurs de la vie locale. Pour y parvenir plus aisément, nous allons donner progressivement aux institutions qui le souhaitent (associations, collectivités, groupements divers) un accès leur permettant de rédiger directement leurs communiqués, qui devront être validés par l'administration du site avant parution.
Pour en savoir plus sur ce dispositif, lire dans la page "actualités" du site, dans la rubrique MEZENC.FR, l'article "devenir contributeur".


L'information sur CE QUI EXISTE
se concrétise au travers de quatre pages annuaires. Il s'agit de permettre aux internautes de trouver le plus rapidement possible les coordonnées des sites internet, associations, services à la population, entreprises et commerces dont ils ont besoin. L'inscription sur ces annuaires est gratuite ; on peut demander à ne plus y figurer, ou à y porter des corrections.

Ce volet est peu développé à ce jour : les annuaires eux-mêmes sont embryonnaires ; d'autre part il est prévu de modifier le programme pour les doter d'un moteur de recherche qui en facilitera la consultation.
Mais d'ores et déjà, nous invitons les différents acteurs qui le souhaitent à s'y inscrire, en ouvrant sur le site la page "nous contacter" : elle propose des formulaires différents pour déclarer un site internet, une association, un service, un commerce, etc. Au cours des semaines à venir, nous reformulerons cette invitation en nous adressant directement aux acteurs que nous connaissons.


L'information sur CE QUI SE DISCUTE
se concrétise sous l'onglet "réflexion collective" du site mezenc.fr. Il s'agit de permettre le partage des avis et la réflexion collective sur des sujets d'actualité. La réflexion est organisée sous forme d'ateliers à durée limitée (en général quelques semaines), régulés par un correspondant, permettant à tout internaute qui le souhaite de proposer ses propres réflexions sous la forme de MESSAGES, et de signaler des DOCUMENTS qui lui paraissent utiles à la réflexion collective. Messages et dépôts de documents doivent être validés par le correspondant avant publication.
A l'issue d'un atelier, il sera constitué un document de synthèse, accessible sur le site mezenc-doc.
Cette fonction "atelier" sera mise en oeuvre à partir de ce samedi 1er septembre, avec un premier atelier consacré à la randonnée dans le Massif du Mézenc.


La réunion tenue ce mercredi par les correspondants de mezenc.fr a permis de planifier les travaux à effectuer sur le site au cours des quatre prochains mois.
La création de l'association des correspondants mezenc.fr a été fixée à la fin septembre, et nous envisageons d'organiser courant octobre une réunion publique de présentation du site et du projet mezenc.fr, occasion de rencontrer les utilisateurs, de recueillir avis et suggestions, et d'envisager de nouvelles coopérations.


X*X*X*X*X*X